Inspection des abattoirs

 

Les services vétérinaires d'inspection présents au sein des abattoirs de Metz, Sarreguemines et Sarrebourg dépendent du service « sécurité des produits et des services » de la DDPP.

Leurs missions sont multiples :

Inspection ante-mortem des animaux :

Dans les 24 heures suivant l'arrivée des animaux à l'abattoir et précédant leur abattage, tous les animaux doivent
faire l'objet d'une inspection ante mortem. Outre l'état général des animaux, le vétérinaire officiel s'assure du
respect des règles en matière d'identification mais aussi bien-être des animaux particulièrement en ce qui concerne
les conditions de transport.

Inspection post-mortem des animaux :

Toutes les carcasses et tous les abats sont soumis à un examen. En vue de poser un diagnostic définitif sur la
présence d'une maladie animale ou sur l’origine et l’étendue d’une lésion, le vétérinaire officiel peut effectuer des
prélèvements aux fins d’analyses. Le cas échéant, il dispose du pouvoir de procéder à une consigne administrative
de la carcasse et de ses abats.

Inspection du site :

Les abattoirs bénéficiant d’un agrément sanitaire communautaires sont soumis à une réglementation particulièrement complexe quant aux conditions d’aménagement et de fonctionnement du site et de ses différents équipements. Les agents de la DDPP ont pour mission de veiller au respect de ces exigences. Les cas échéant ils peuvent relever les infractions par voie de procès-verbal.

Mission en santé animale :

les agents de la DDPPDirection départementale de la protection des populations participent à la réalisation d’éventuelles mesures de police sanitaire lors d’abattages d’animaux
accompagnés de laissez-passer sanitaires (animaux suspects de tuberculose, ...).

Réalisation de plans de contrôle :

Le vétérinaire officiel prélève des échantillons afin de détecter la présence éventuelle de zoonoses, de résidus, de
contaminant de l’environnement ou de substances non autorisées.

Canalisation de produits à risque et contrôle des déchets notamment du fait du risque ESB :

Conformément à la législation communautaire sur les encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST), les matériels
à risque spécifiés sont enlevés et éliminés par une filière dédiée.

Le marquage de salubrité :

A l'issue de l'inspection post mortem, une marque de salubrité est apposée sur les viandes propres à la consommation.