Actualités

Entraînement pour les forces de sécurité intérieure aux Trinitaires de Metz

 
 
Entraînement pour les forces de sécurité intérieure aux Trinitaires de Metz

Les forces de sécurité intérieure se sont adaptées à la menace terroriste par l’adoption d’un schéma national d’intervention (S.N.I.) en avril 2016, qui permet d’intervenir dans l’urgence et avec efficacité.

Ainsi, en cas de survenance d’un attentat sur la zone police du département de la Moselle, ce schéma national d’intervention est mis en œuvre. Il se décline, par le déploiement d’effectifs de la sécurité publique de premier niveau (policiers primo-intervenants) et de second niveau (Brigade Anti-Criminalité (BAC) et Section d’Intervention (S.I)).

La section d’intervention peut être amenée à intervenir, avec le soutien, le cas échéant de la gendarmerie Nationale de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) de Metz et de l’Armée dans des délais très contraints sur l’ensemble du département en cas d’événement majeur dans l’attente de l’arrivée des unités de 3ème niveau du RAID (Recherche Assistance Intervention Dissuasion), antennes basées à Nancy et à Strasbourg, et du Groupe d'intervention de la gendarmerie Nationale (GIGN).

Aussi, dans la mesure où les salles de spectacles de la ville de Metz peuvent potentiellement représenter une cible en cas d’attaque terroriste, des exercices y ont lieu régulièrement.

C’est dans ce contexte que le 1er juin dernier, une quinzaine de policiers de la Section d’intervention de Metz ont pris part à un entraînement de tuerie de masse d’intervenant de second niveau (TDM2).

Cet exercice s’est déroulé sur le site des Trinitaires, un ancien couvent, lieu historique et emblématique de la ville de Metz, où se tiennent régulièrement des manifestations culturelles. En effet, l’ensemble des Trinitaires est composé de trois salles de concert, d’un caveau et d’un théâtre.

L’objectif de l’exercice était d’effectuer des progressions (en mode recherche puis contact) dans un lieu particulièrement exigu en cas de survenance d’une tuerie de masse. Cela a permis aux policiers de se familiariser avec une configuration de lieux, qui rend difficile toute intervention de police à plus forte raison en cas d’affluence du public.