Actualités

Exercice gestion de crise : cas d’influenza aviaire

 
 
Exercice gestion de crise : cas d’influenza aviaire

La survenue de maladies animales peut avoir d’importantes conséquences que ce soit dans le cas de zoonoses, maladies animales transmissibles à l’homme ou dans le cas de maladies exclusivement animales dont la contagiosité élevée peut être à l’origine d’épizooties responsables de graves conséquences économiques.

Les récents épisodes d’influenza aviaire survenus dans le Sud-ouest qui ont eu de lourdes conséquences sur la filière palmipède gras (mortalités, chutes de production, limitation de commercialisation des animaux, pertes de marchés…) en sont une illustration.

Face à ces dangers sanitaires, il convient de se préparer et de mettre en place une organisation solide et rodée pour répondre efficacement et dans l’urgence à la survenue éventuelle de tels événements.

La Préfecture de Moselle et le service régional de l’alimentation de la Direction Régionale de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Forêt Grand Est (DRAAFdirection régionale de l'alimentation de l'agriculture et de la forêt) ont ainsi organisé un exercice départemental dans le cadre de la préparation de la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPPDirection départementale de la protection des populations) à la gestion de crise et au maintien des compétences en matière de plans d’intervention sanitaires d’urgence (PISU) en santé animale.

Le scénario initial de cet exercice dénommé « Cormoran » prévoyait une forte mortalité dans un élevage de poules pondeuses du département. Les prélèvements réalisés mettaient en évidence la présence d’un virus de l’influenza aviaire sans savoir, dans un premier temps, s’il était faiblement ou hautement pathogène.

Le 19 avril dernier, pour faire face à ce scénario, ont été mobilisés : le Service Interministériel Départemental de Protection Civile (SIDPC), la sous-préfecture de Sarrebourg-Château-Salins, le SDISService départemental d'incendie et de secours, l’Agence Régionale de Santé (ARSAgence Régionale de Santé), la Police Nationale, le Groupement de Gendarmerie, la Direction Départementale des Territoires (DDT), l’Office Nationale de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFSOffice national de la chasse et de la faune sauvage) et la DDPPDirection départementale de la protection des populations.

Les services participants réunis en préfecture au sein d’un Comité Opérationnel Départemental (COD) fictif d’une part, et les équipes de la DDPPDirection départementale de la protection des populations restées au siège d’autre part, ont dû se mobiliser et se coordonner pour répondre au scénario initial et aux différents « rebondissements » imaginés par la cellule d’animation : symptômes grippaux chez un membre de la famille de l’éleveur, sortie scolaire dans un parc animalier à proximité de l’élevage, mortalité anormale dans un autre élevage de volailles,…

Pendant cet exercice, ont pu être testés :

– la réactivité et la coordination intra et inter-services ;

– la gestion de la séquestration d’une exploitation ;

– les capacités à définir et à contrôler des zones de restriction de mouvements ;

– la production des arrêtés préfectoraux nécessaires à la mise en œuvre des décisions ;

– les modalités d’information des partenaires extérieurs (autres services de l’État, professionnels, collectivités territoriales,…).

À l’issue de cette journée, un debriefing à chaud a eu lieu, il sera suivi d’un retour d’expérience et d’une synthèse qui permettront de retirer tous les enseignements de cet exercice et de dégager d’éventuelles pistes d’amélioration.